prophete elie

Élie le Tishbite, de Tishbé en Galaad, dit à Achab :

Par la vie de Yahweh, Dieu d'Israël, devant qui je me tiens,
il n'y aura, durant ces années-ci, ni rosée ni pluie, sinon à ma parole !

Pour nous qui lisons ces versets aujourd’hui, cela parait complètement fou ! Qui peut en effet prétendre faire la pluie et le beau temps ? N’est-ce pas un peu présomptueux ?
Pourtant, c'est par cette première intervention, abrupte, audacieuse, sûre d'elle-même, que la Bible insère le prophète Élie dans le livre des Rois et nous déroule sa vie, comme une saga.

Qui donc est cet homme étonnant ?

Un homme qui ose se lever et s’engager pour Dieu

La vie d’Elie se passe au temps du roi Achab, qui règne sur Israël. Ce dernier, dépasse les bornes de l’acceptable en se mariant avec une reine idolâtre, et ce faisant, il précipite son peuple dans l’idolâtrie.
 C’est alors qu’intervient Elie pour dire « stop ». Avec un admirable courage, il ose se présenter devant le roi impie pour lui annoncer clairement que le Dieu d'Israël est vivant, et qu’on ne peut enfreindre impunément ses préceptes. C’est pourquoi, il prononce une sanction : «il n'y aura ces années-ci ni rosée, ni pluie, sinon à ma parole ». Donc le ciel va se tarir et la famine va s'installer. Par ces signes on verra la réponse que Dieu donne à l'infidélité de son peuple.
Oser se lever, oser s’engager. Voilà le premier trait de la personnalité d’Elie. Il ne suit pas le mouvement général, car dans la droiture de son cœur il sait que Dieu est vivant. Il met ses actes en accord avec sa foi.

Un homme qui laisse Dieu agir (I Rois 17: 2-7) .

Mais Elie n’est pas un homme ordinaire, c’est un homme intérieur. C’est pourquoi, il accepte de se mettre en retrait, pour quelque temps. Sans doute, Dieu veut-il le protéger des fureurs d'Achab ? De son côté, il a, peut-être aussi, peur de succomber au piège de l’orgueil. Elie se connaît. Alors sur l’ordre que lui intime Dieu, il s’enfuit près du torrent de Kérith. Là il découvre la précarité du quotidien, et apprend à tout accepter : froid, solitude, peur. Cependant, ce séjour à l’écart du monde, est un temps bénéfique qui lui permet de prendre du recul en gardant confiance, car dans sa prévenance Dieu lui fait envoyer par les corbeaux, de la nourriture matin et soir.

Un homme qui demande et qui reçoit

Mais il arriva au bout d'un certain temps que le torrent sécha, car il n'y avait pas eu de pluie dans le pays. Elie voit donc, lui aussi la conséquence de la sécheresse qu’il a décrétée sur le pays, « Lève-toi et va à Sarepta, car voici que j’y ai ordonné à une veuve de te nourrir et tu y demeureras. »
Faisant confiance à Dieu, il part et il trouve en effet sur sa route une veuve à qui il ose demander d’abord à boire puis à manger ! C’est un peu pathétique, car cette veuve est pauvre et de plus elle est étrangère et païenne.
Alors la réponse ne se fait pas attendre :
« je n'ai pas de pain cuit; je n'ai qu'une poignée de farine dans une jarre et un peu d'huile dans une cruche, je suis à ramasser deux bouts de bois, je vais préparer cela pour moi et mon fils, nous mangerons et nous mourrons."

Confronté à la désespérance de cette veuve, Elie se rend compte qu’il est allé un peu loin. Mais, pourtant, il reformule sa demande en précisant : « Sois sans crainte. Prépare-moi d’abord un pain et tu me l’apporteras. Tu en feras ensuite pour toi et ton fils. Car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : le pot de farine ne s’épuisera pas, et la cruche d’huile ne se videra pas, jusqu’au jour où l’Eternel enverra la pluie sur la surface du sol. »
Ici, le récit va à l’encontre de ce que l’on a coutume de croire, puisque la veuve partage ses maigres ressources avec l’étranger qu’elle vient de rencontrer. Non, la charité bien ordonnée ne commence pas soi-même, la détresse des autres n’est pas un danger ; l’étranger n’est pas un ennemi. Il n’y a que la foi et la confiance qui permettent d’expérimenter la présence agissante de Dieu, qui donne par surcroit.
La veuve, l’étrangère, la païenne a risqué sa vie et celle de son fils en donnant de son indispensable, et ce faisant, elle comble le manque de l’homme de Dieu. Ils se sont sauvés mutuellement.

Un homme tenté par la soif de puissance.

Au bout de trois ans de sécheresse, Élie reçoit une nouvelle mission :
« Va te montrer â Achab, et je vais donner de la pluie sur la face du sol ».
Dès qu'il vit Élie, Achab lui dit : « Est-ce bien toi, porte-malheur d'Israël ? »Il dit : «  Je n'ai pas porté malheur à Israël, [..] Maintenant envoie rassembler près de moi tout Israël au mont Carmel, avec les prophètes de Baal, et les prophètes de l'Ashérah ».
(1 R 18,16-19).
Ainsi Elie veut se mesurer aux prophètes de Baal dans une compétition qui comporte un enjeu de taille : convaincre le peuple de se rallier au dieu le plus fort.
On n’est pas à l’aise aujourd’hui devant ce récit. Car on sent bien qu’Elie fait un peu trop de zèle.
Dieu lui a demandé de se présenter à Achab, un point c'est tout. Or Elie prend l’initiative d'organiser un concours sur le Mont Carmel. Pourquoi ? Serait-il tout à coup devenu prisonnier d'une logique de confrontation entre puissants, malgré son expérience du Dieu de la vie, en terre étrangère, au milieu des pauvres ?
Sa prière dévoile une soif de reconnaissance de pouvoir : ''… que l'on sache… que je suis ton serviteur et que c'est par ta parole que j'ai fait toutes ces choses, réponds-moi, Seigneur, réponds-moi…'' (1 R 18,36b).
Ce ''moi'' est trop insistant. Dans son défi aux prophètes de Baal, puis en les égorgeant, il s'enferme dans une logique de violence qui s'avère, en fin de compte, un échec, car Dieu n’est pas dans la force, ni dans la violence.
Elie croit momentanément qu’il a gagné, mais ses illusions sont vite rattrapées par la fureur de la reine Jézabel.

Un homme qui rencontre le doute et le découragement

Jézabel  en effet est l'ennemie implacable du prophète Elie et lorsqu’elle apprend tout ce qu’a fait Elie et comment il a tué par l’épée tous les prophètes de Baal, sa décision est claire : elle veut le mettre à mort.
En voyant la réaction de la reine, Elie se sent complètement découragé, et cette fois, au lieu de faire face, il s’enfuit dans le désert, car il connaît la détermination de Jézabel, capable de le tuer par haine et méchanceté.
Après une journée de marche , fatigué et abattu, Elie s’assoit sous un genêt et demande la mort ! Il prie en disant à Dieu : "Prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères"
Mais Dieu lui envoie un ange et de la nourriture afin de lui donner de nouvelles forces pour aller plus loin. Il marche quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu à Horeb.
C’est là que Dieu intervient, car Elie n’a plus de ressort en lui. Quelque chose est fêlé en lui, car il vient de découvrir qu’on ne met pas la main sur Dieu.

Un homme qui sait écouter Dieu

Arrivé à l’Horeb, Elie est invité à sortir de sa caverne, de son refuge et à se tenir sur la montagne en présence de Dieu.
Lui qui était sûr de lui au Mont Carmel, qui avait de l’énergie à revendre, prêt à en découdre avec ceux qui s’étaient mis du côté des idoles, fait l’expérience que Dieu n’est pas là où il le pensait : dans les manifestations voyantes, bruyantes comme l’ouragan, le tonnerre, les éclairs, ni même le tremblement de terre.
« Un ouragan : pas de Seigneur !
Un tremblement de terre : pas de Seigneur !
Un feu : pas de Seigneur !
et après le feu, un bruit de fin silence.
Dès qu’Elie l’entendit,
il se voila le visage avec son manteau,
il sortit et se tint à l’entrée de la grotte. » cf. Premier livre des Rois, 19, 11-13

C’est quand il entend le murmure d’une brise légère que son cœur est touché jusqu’aux entrailles, il se voile le visage et se prosterne.

C’est de l’ordre de l’indicible ; la certitude d’une présence non pas à l’extérieur de soi, mais au-dedans du cœur.
C’est dans le silence que Dieu fait entendre sa voix, une voix qui interroge, qui fortifie, qui est douce présence et qui remet debout. On s’attend à ce qu’elle soit audible, forte. Mais la pédagogie de Dieu est magnifique. Il parle dans la douceur et le silence.
Et voici que cette voix lui dit : "Qu'as-tu à faire ici, Élie ?"

Un homme qui sait recommencer

Élie vide son cœur et raconte à Dieu tous ses déboires, tous ses tourments. Oh ! que cela fait du bien ! Voilà donc Elie, soulagé, Dieu a entendu sa douleur. Il s’attend à être réconforté, consolé, mais la réponse de Dieu le surprend encore : "Va ! Retourne par ton chemin à travers le désert vers Damas !" (1 R 19,15).
Quelle réponse ! Aucun reproche, aucun souhait, seulement une invitation : retourne, autrement dit : recommence, reprend ta route, car maintenant, tu sais que je suis toujours avec toi, dans la douceur.

Conclusion

La figure d’Elie, est vraiment celle d’un homme de notre temps. Son histoire nous émeut, parce qu’elle est racontée comme une saga. Tous les épisodes sont-ils vrais vrai ? peu importe, l’essentiel est ailleurs. Il est dans le message reçu. Elie est un homme qui aime Dieu et qui lui est resté fidèle.
Puissions-nous suivre son exemple à travers les embûches de nos existences parfois fracassées par la violence et le découragement.


Carmel de Morlaix

 9 Rue Sainte-Marthe
Tél : 02 98 88 05 82

Horaires des Offices :

en semaine : Laudes : 7h30 - messe : 8h30
le dimanche : messe à 9h00 - Vêpres : 18h00

Diocèse de Quimper et de Léon

Évêché de Quimper  3 rue de Rosmadec
CS 42009
29018 Quimper cedex
Tél. 02 98 55 34 47 - Fax : 02 98 55 31 77

 site internet : http://www.diocese.quimper.fr

Nous contacter
Pour tous renseignement, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top