Sainte Elisabeth de la Trinité

Taille des lettres

 Elisabeth Catez (1880 - 1906)

Élisabeth Catez est née en 1880, un 18 juillet, dans une famille vraiment chrétienne. Mais jeune adolescente, elle n'avait rien de la ferveur et de la foi profonde qui jailliront en elle quelques années plus tard notamment au sanctuaire de Lourdes.

Elisabeth Catez et le sanctuaire de Lourdes

elisabeth trinite carmeliteElisabeth Catez est allée à Lourdes trois fois avant son entrée au Carmel, à l'âge de 16, 18 et 19 ans.

La Vierge de Lourdes et son message l’ont beaucoup marquée ; elle y a découvert la beauté d’une Mère qui recèle en son sein la vie de Dieu ; une beauté lumineuse et transparente ; Lourdes est pour elle comme un avant goût du ciel. Elle se plaît à l’évoquer dans plusieurs de ses poésies, dont le style un peu décalé pour notre époque, est néanmoins plein de lyrisme.

O grotte solitaire et bénie
Où j’aime tant contempler Marie,
Où tout est pur, calme et silencieux.
O Lourdes, terre miraculeuse,
Avant goût du Séjour éternel,
N’es-tu pas un coin du ciel
Au milieu de la vallée ombreuse ?
(Poésie 59)

O Lourdes, ô Gave, ô sanctuaire
Grotte mystérieuse et solitaire,
Lieux où passa le souffle de Dieu
Vous semblez être un coin des cieux !

O roches bénies de Massabielle,
Où Marie apparut pure et belle,
Cet été je vais donc vous revoir,
O Joie, ô bonheur, ô doux espoir !…

Blanche et miraculeuse statue,
Vallon qui qui me fais rêver au Ciel,
Lourdes, lieu béni, je te salue,
Avant goût du séjour éternel !
(Poésie 53)

Le grand passage au Carmel avec Notre Dame de Lourdes

Elisabeth emporte au Carmel son amour de la Vierge-Marie.

Trésor inestimable !

La méditation quotidienne du chapelet lui donne une grande intimité avec le Christ, et tout au long de sa vie, c'est Marie qui la conduit vers une vraie maturité spirituelle, car  elle est l’exemple à suivre dans les moments de joie comme dans les moments de souffrances et de peine.

C’est avec Marie qu’Elisabeth se prépare à l’ultime rencontre. Elle la salue sous le vocable de « Janua coeli » c'est à dire « Porte du Ciel ».
Durant les dernières semaines de sa vie terrestre, la statue de Notre Dame de Lourdes ne la quitte plus, tantôt serrée dans ses bras, tantôt déposée sur le seuil de la tribune de la chapelle communiquant avec l’infirmerie, lorsqu’elle pouvait s’y rendre.

Et c’est avec la Vierge de Lourdes de sa jeunesse qu’elle quitte cette terre pour aller « vers la Vie, vers la Lumière et l’Amour.»

Elle meure à l'âge de 26 ans, laissant derrière un sillon de lumière qui éclaire encore tant de personnes.

Elle nous a laissé une magnifique prière : ô mon Dieu Trinité que j'adore