La fête du Christ-Roi est pleine de sens.

Elle clôture l’année liturgique comme le ferait un scellé au bas d’un manuscrit, le manuscrit de nos vies très humaines. Cela veut dire que l’on ne peut plus revenir en arrière. Ce qui a été vécu est engrangé dans l’a-venir où Dieu nous attend. Car il nous attend comme il le dit dans l’évangile : « je veux que là où je suis, vous y soyez vous aussi  ».

Cette fête  marque donc la fin d’une année de cheminement avec le Christ. La route que nous avons parcourue avec lui nous a fait traverser toutes les étapes de sa vie à travers l’éblouissement des fêtes liturgiques synchronisées sur les saisons du temps :

  • ombres et lumières de l’Avent vers Noël,
  • dénuement du carême vers la vie qui renaît à Pâques, 
  • sérénité de l’été pour le temps des moissons.

Ce faisant nous avons écouté ou plutôt  réécouté le message de l’évangile chaque jour, chaque semaine, pour grandir en plus d’humanité. Mais avons-nous « grandi » ?

Sans doute pouvons-nous dire comme l’apôtre Paul, « je n’ai pas toujours fait le bien que je voulais faire », si bien que c’est peut-être un sentiment mitigé qui nous saisit au terme de cette année liturgique.

Alors il faut contempler le visage du Christ-roi pour ne pas défaillir et jeter l’ancre de l’immobilité. Le  courage de reprendre une nouvelle route nous est donné  par le Christ-roi d’amour.

 Il ne peut y avoir aucune méprise là-dessus. Le Christ ne règne pas à la manière des grands de ce monde. « Si ma royauté venait de ce monde, j'aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d'ici. »

Ni le nombre, ni la puissance visible ne font le règne de Dieu.

Lorsque nous disons à Dieu « que ton règne vienne »,  nous lui demandons d’advenir en plénitude dans nos vies pour être revêtus de sa divinité.

C’est à cela que nous sommes prédestinés en tant qu’enfants de Dieu membres d’une Eglise en marche vers ce royaume spirituel qui est l’univers de Dieu.

« Lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même se soumettra à Celui qui lui a tout soumis, afin que Dieu soit tout en tous » (1 Co 15, 28)

Faisons de Jésus le roi de nos coeurs !


Carmel de Morlaix

 9 Rue Sainte-Marthe
Tél : 02 98 88 05 82

Horaires des Offices :

en semaine : Laudes : 7h30 - messe : 8h30 - Vêpres : 17h00 - Oraison : 17h30
le dimanche : Laudes : 8h30 - messe à 9h00 - Vêpres : 18h00

Diocèse de Quimper et de Léon

Évêché de Quimper  3 rue de Rosmadec
CS 42009
29018 Quimper cedex
Tél. 02 98 55 34 47 - Fax : 02 98 55 31 77

 site internet : http://www.diocese.quimper.fr

Nous contacter
Pour tous renseignement, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top